il s’agit de reconnaître le rôle des habitants dans les décisions et actions municipales

LA PARTICIPATION, MOTEUR DE CITOYENNETÉ

Saint-Sulpice-la-Forêt a engagé son projet sur une approche participative, la participation n’étant pas entendue comme un supplément d’âme, mais comme le fondement de l’action : celui qui garantit l’accord, l’adhésion du plus grand nombre, l’ancrage dans la réalité.

Le processus de participation donne plus de travail et obéit à un rythme propre, difficilement conciliable avec l’urgence. Il s’agit d’une mission nouvelle, qui demande un savoir-faire, des compétences particulières et une organisation correspondante.

Cette commission extra-municipale répond donc à cette attente afin de travailler à l'élaboration d'espaces et de méthodes garantissant plusieurs niveaux possibles d’implication des habitants :

  • L’information, qui permet à chacun de connaître les projets et/ou problèmes qui sont ou devront être traités.

  • La consultation, qui consiste à recueillir les avis des habitants.

L’information et la consultation sont des préalables au véritable processus de participation des habitants.

  • L’élaboration collective (ou coproduction), qui correspond à la construction d’une position commune dans le cadre d’un débat contradictoire. Elle se traduit par l’engagement des parties dans la réalisation d’une action.

Cette relation avec les habitants s’effectue :

  • En amont des politiques publiques, avec une explication des enjeux, un échange sur les usages et la définition d’objectifs et de projets collectifs : la concertation, la coproduction.
  • Pendant la mise en œuvre des politiques, avec une participation des habitants qui deviennent partie prenante : brainstorming, monitoring, suivi.
  • En aval, pour permettre un véritable débat sur les résultats et une meilleure appropriation.

 Ainsi, l’ensemble de la population est régulièrement invitée soit à participer à l’élaboration des projets communaux (commissions extra-municipales, comités de pilotage...), soit à s’exprimer sur ces derniers (réunions publiques, rencontres citoyennes, questionnaires...), soit à définir et mettre en oeuvre des actions au service du bien commun (ex : journée éco-citoyenne...).