La municipalité est la 100ème commune d’Ille et Vilaine et du Pays de Redon à prendre une décision défavorable aux OGMs.

En France, l’interdiction de la culture du maïs OGM, entre autre, est remise en cause pour le printemps prochain et d’autres demandes d’autorisations sont en cours au niveau européen. En effet, au lieu de changer la procédure d’autorisation pour l’importation d’OGM, la Commission européenne souhaite laisser aux Etats membres la possibilité d’interdire sur leur territoire l’importation d’un OGM qui aurait été autorisé au niveau européen. Désormais, charge aux Etats membres de s’opposer à cette proposition de « renationalisation » et d’importation.

 

Aussi, il est important pour les communes de nourrir ce débat sur les questions posées par les risques des OGM et de faire en sorte que la voix des citoyens soit entendue auprès de l’état. C’est pourquoi, plusieurs rencontres et échanges ont eu lieu entre le Collectif OGM 35 et les élus de Saint-Sulpice-La-Forêt.

Après en avoir débattu, la municipalité est ainsi devenue la 100ème commune d’Ille et Vilaine et du Pays de Redon à prendre une décision défavorable aux OGMs.

Ainsi l’ensemble des élus a voté à l’unanimité au Conseil Municipal du 29 Avril 2015 trois délibérations et/ou voeux sur le sans OGM, contre les cultures OGM en plein champs sur le territoire de la commune (voeu symbolique) et enfin interdisant les produits contenant des ingrédients étiquetés OGM dans la cantine.


En perspective, le Samedi 7 Novembre 2015, une soirée animée par le collectif Anti OGM35 sera organisée auprès des sulpiciennes et sulpiciens pour porter au grand public les questions que posent les OGM.

 

Ici en Mai 2015 pour l'article Ouest France avec de gauche à droite:

Emmanuel Lebrun (Collectif OGM 35), Gaëlle Grignard (adjointe à l'éducation), Yann Huaumé (Maire de Saint-Sulpice-La-Forêt), Jacques Le Letty (animateur au collectif OGM 35)